Quelques remarques sur les politiques nationales d’investissement en Afrique

                                                                   *ENTREE ET ETABLISSEMENT

Les pays africains, apparaissent de façon générale, relativement ouverts aux investissements étrangers. Le droit international coutumier reconnait aux Etats la liberté d’admettre ou non des investissements étrangers sur leur sol. Même si des auteurs appellent, en raison de la pratique récente des traités bilatéraux et multilatéraux, à une reconnaissance du droit à l’entrée et à l’établissement[1]. Il s’agit d’une approche novatrice en droit international en ce que la coutume selon laquelle chaque Etat est libre de décider de sa politique en matière d’investissement et d’accès à son territoire serait mise à mal. Le pas est difficile à franchir pour les Etats en développement encore soucieux de se préserver des influences et des emprises sur leurs économies. Cependant, étant donné la libéralisation croissante des économies et du commerce mondial, les Etats ne pourront échapper longtemps à cette évolution.

Lire la suite

Publicités